منتدى المقري
أخي الزائر أهلا وسهلا بك نرجو أن تقضي معنا أوقات ممتعة
ومفيدة إذا كنت تريد أن تشاهد محتويات المنتدى أو تساهم فيه أو
تستفيد منه عليك أن تسجل أولا ونكون سعداء بذالك شكرا





منتدى المقري للعلم والمعرفة
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 etudier un texte argumentatif السنة الثالثة

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
Admin


عدد المساهمات : 562
نقاط : 6948
تاريخ التسجيل : 27/03/2009

مُساهمةموضوع: etudier un texte argumentatif السنة الثالثة   الجمعة نوفمبر 06, 2009 10:11 am

L'argumentation (Projet2)
L’étude des textes argumentatifs en 3ème année secondaire portera sur la mise en évidence des stratégies d’appel visant à faire agir ou réagir (l’exhortation), ainsi que celle des textes polémiques (le débat d’idées). On y approfondira l’étude de l’organisation du type exhortatif. On y verra les éléments inhérents à la rhétorique de l’appel ainsi que les figures de styles de la réfutation dans le cadre de l’étude du type polémique.

Structure et rhétorique de l’appel

Dans un texte exhortatif l’émetteur lance un appel à des destinataires pour les pousser à agir.
C’est un type de texte qui contient, en général :
• une partie expositive contenant un constat négatif ou insatisfaisant ;
• une partie argumentative contenant l’idée de la nécessité d’un changement avec des indications sur l’action à entreprendre ;
• l’appel proprement dit qui sera la partie exhortative.
Ce type d’argumentation privilégie, en général, une énonciation qui évite la neutralité de l’expression. On y pratique l’injonction qui interpelle le lecteur et sollicite de sa part action et réaction et on y utilise un style oratoire, destiné à mieux convaincre.
Ce style s’appuie sur :
l’ anaphore, répétition à intervalles réguliers d’un terme ou d’une expression qui provoque un leitmotiv sémantique ou sonore pour attirer l’attention sur une idée essentielle ;
la période, phrase très longue qui vise à montrer et démontrer la force de conviction de l’auteur/locuteur ;
l’antithèse, rapprochement de termes de sens opposés indiquant une tonalité polémique à travers, souvent, deux champs lexicaux opposés pour valoriser une thèse et discréditer l’autre pour renforçant l’argumentation grâce à l’effet de contraste.
Les figures de style :
la métaphore, véritable outil de persuasion qui transfère l’énoncé abstrait dans un registre imagé et accepté du lecteur, en rapprochant des faits qui ne résistent pas forcément à l’analyse ;
l’exemple, fragment de récit dans un discours abstrait qui aide à la compréhension en fournissant une mise en scène de l’idée pouvant avoir valeur de preuve et servant à illustrer l’idée ;
le récit, séquence narrative au service de l’argumentation qui prête à l’argument une crédibilité supplémentaire.


S’adapter à l’autre :

Le souci d’agir sur le destinataire est encore plus évident dans le discours argumentatif à visée exhortative. On doit déterminer sa « cible » et adapter son langage en fonction de celle-ci. Lorsque l’on n’adapte son propos au destinateur et à ses attentes que pour mieux le manipuler, ceci relève de la tromperie
Dans certains discours argumentatifs, l’auteur commence par une entrée en matière brève et percutante (l’exorde) qui sert à capter l’attention du destinataire et à lui inspirer de la sympathie. Souvent ce type de texte se conclut par un résumé des principaux arguments et un appel aux sentiments (péroraison).

La fonction polémique du texte argumentatif

Tout texte argumentatif défend une prise de position en s’opposant implicitement ou explicitement à ceux qui pensent le contraire.
Si le texte ne s’adresse pas directement à l’adversaire lui-même, il vise à discréditer cet adversaire.
Si le texte est directement adressé à l’adversaire, il vise à réduire l’autre au silence, sans chercher à le convaincre. On peut donc dire qu’il y a là deux fonctions dominantes :
La fonction persuasive (l’appel) où l’émetteur cherche à convaincre le lecteur, à lui faire partager ses vues en faisant appel à ses sentiments (persuader) ou à sa raison (convaincre).
La fonction polémique (le débat d’idées) où l’objectif est de ridiculiser les parties avec lesquelles on est en désaccord.

Structure et système d’énonciation

- Prendre position ou s’impliquer dans son discours

L’une des constantes de l’argumentation est la conviction de l’auteur qui revendique la paternité de ses idées notamment à travers :
• Le système d’énonciation
On recourt fréquemment à la première personne, indice de la présence du locuteur dans les propos tenus. Du fait de cette présence marquée on peut dire que le texte argumentatif relève du discours qui est à l’initiative du locuteur par opposition au texte narratif qui est à l’initiative du narrateur.
Ainsi le locuteur peut se manifester (1ère personne et présence des marques de jugement, verbes d’opinion) ou ne pas se manifester (objectivité apparente du texte informatif/explicatif, utilisation de la 3ème personne et des phrases déclaratives) pour masquer l’intention de convaincre. Le présent atemporel est le temps habituel du texte argumentatif, puisque l’argument est valable de façon générale.

• Le choix du lexique
La modalisation est un des moyens qui permet à l’auteur de prendre position et de s’affirmer.
En argumentant l’auteur use de termes et expressions qui affirment sa certitude d’être dans le vrai et qui traduisent son assurance et sa confiance dans ses idées comme « évidemment », « il est certain que », « assurément », « sans aucun doute », « indubitablement », « toujours » et « jamais » etc. Cette conviction se lit aussi à travers l’emploi de verbes d’obligation.

Les stratégies argumentatives

Le texte argumentatif s’élabore en un aller- retour entre idées abstraites et exemples concrets.
La clarté de l’exposition, la progression logique des énoncés de l’ouverture à la conclusion, sont des éléments participant d’une bonne stratégie argumentative.
La construction de l’argumentation obéit à des règles, les unes relevant de la rhétorique ou de « l’art de persuader » les autres de la logique.

a- Les formes relevant de la rhétorique

- Le dilemme : on enferme la thèse dans un choix impossible.

- L’ironie : on feint d’adopter l’opinion de l’autre pour mieux la détruire en la ridiculisant. C’est l’un des moyens de la polémique et il vise à déprécier l’adversaire, sous couvert de son éloge. On y sollicite la connivence du lecteur/auditeur par le biais de la raillerie.

-L’ argument de mauvaise foi : il se sert de la propre personnalité de l’adversaire pour réfuter ses idées.

-L’argument d’autorité qui est une affirmation présentée comme incontestable non pas nécessairement parce qu’elle est vraie, mais parce quelle émane d’une personnalité qui fait autorité dans le domaine en question. C’est également un moyen de faire pression sur le contradicteur.

- La concession : on commence par accorder du crédit au raisonnement avancé par la partie adverse, pour mieux défendre ensuite ses propres arguments comme « il est possible que …mais» ;
b- Les formes relevant de la logique

-Le raisonnement inductif permet d’énoncer une vérité générale induite à partir de l’observation d’un fait particulier, dans ce sens il est abusif.
Le raisonnement inductif est cependant très utilisé pour sa force de persuasion car il présente ce fait particulier comme une preuve.

Exemple : Arsène Lupin est un cambrioleur
Mais c’est aussi un gentleman
Donc, les cambrioleurs sont des gentlemen.

-Le raisonnement par analogie où l’on met les faits dont on parle en parallèle avec d’autres faits connus. on peut considérer ce type de raisonnement comme voisin de l’induction car il repose sur l’assertion selon laquelle telle ou telle chose doit être vraie parce quelle est semblable à telle autre chose reconnue comme vraie. Ce qui dans les faits ne fournit jamais de preuve au sens strict, seulement une probabilité (comparaison n’est pas raison)

-Le raisonnement déductif où l’on part d’une idée générale pour justifier une conclusion particulière. Cette démarche s’appuie sur des postulats qui ne sont pas à démontrer pour déduire des conséquences. Dans ce type de construction chaque affirmation doit amener nécessairement à la suivante. On l’appelle aussi « syllogisme nécessaire », qui part d’une vérité générale appelée majeure pour en déduire une vérité particulière : la conclusion, grâce à une vérité intermédiaire appelée mineure. Ce type de raisonnement se rencontre essentiellement dans les textes scientifiques ou philosophiques.
« Le syllogisme probable » ou enthymème est le mode de déduction que l’on retrouve dans les textes argumentatifs littéraires ; il part non pas de vérités prouvées mais d’affirmations probables pour obtenir l’adhésion, ce qui donne à la thèse défendue une aura d’objectivité.
- Le sophisme est une forme de syllogisme qui semble logique en apparence, mais qui est en fait trompeur car il repose sur une affirmation erronée, par exemple : -Les animaux sont carnivores,
- la vache est un animal,
- donc la vache est carnivore.
Il peut reposer sur les différents sens d’un mot. On arrive ainsi à démontrer une chose et son contraire, par exemple :

-Tous les hommes sont mes frères,
-on ne trahit jamais un frère,
-donc je ne peux trahir personne.
Le sophisme est utilisé quand on veut manipuler l’autre en l’induisant en erreur
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://laidam.web-rpg.org
مريم فارس



عدد المساهمات : 326
نقاط : 4914
تاريخ التسجيل : 01/09/2010

مُساهمةموضوع: رد: etudier un texte argumentatif السنة الثالثة   الإثنين سبتمبر 06, 2010 2:39 am

تسلم الايادي
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
etudier un texte argumentatif السنة الثالثة
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» les types de texte
» Le texte explicatif
» Le texte rhétorique : poétique
» le texte narratif
» le texte prescriptif

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى المقري :: التعـليم الثانـوي :: اللغة الفرنسية-
انتقل الى: